Introduction sur le Tour des Cerces

Parcours des 3 jours – Tour des Cerces Bivouac

La recherche d’un tour en randonnée pour vivre une expérience extraordinaire en pleine nature et un projet qui peut prendre du temps surtout quand on n’est pas expert.

La France regorge d’endroit merveilleux pour se retrouver en totale immersion pendant quelques jours avec juste un sac à dos, des chaussures de marche et une carte IGN.

Après quelques recherches lors de l’été 2021, j’ai trouvé la formule parfaite pour vivre cette expérience.

C’était le tour des cerces en 3 jours.

L’objectif était simple, il fallait réussir à réunir :

  • Des paysages à couper le souffle
  • Un niveau technique sportif, mais qui ne demande des compétences en montagne
  • Des spots accessibles pour faire du bivouac en toute tranquillité
  • Des refuges tout au long du chemin si besoin pour se ravitailler

Et la région du massif des Alpes à la frontière franco-italienne cochez toutes les cases !

Informations importantes

Le point de départ

Pour commencer le tour des cerces vous devez vous rendre au refuge de Laval, il faut cependant savoir que durant la période forte de l’année (Juillet-Aout) la route pour y accéder est réservée aux habitants et aux navettes.

Le plus simple est de se rendre sur la commune de Roubion (juste avant Nevache) et de prendre la navette qui coûte 3€ pour arriver au point de départ du Tour de Cercces. Vous pouvez d’ailleurs laisser votre voiture sur le grand parking à Roubion sans aucun souci.

Période de l’année

On peut effectuer ce tour toute l’année. Cependant la meilleure période de l’année reste les mois de Juin-Juillet-Aout pour avoir une météo agréable tant bien la journée que la nuit.

Niveau technique

Nous sommes sur un relief montagneux et le tour des cerces demande d’avoir une bonne condition physique. De plus si vous êtes en bivouac avec du matériel sur le dos qui rend l’effort encore plus intense. Cependant, il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience en haute montagne pour vivre l’aventure sans prendre de risque.

Le matériel pour bivouaquer pendant 3 jours

Il faut un minimum de préparation pour être prêt à tenir 3 jours sans ne manquer de rien.

J’ai listé l’ensemble de mon matériel dans l’article matériel bivouac 3 jours tour des cerces.


JOUR 1 – Refuge de Laval – Lac de la Claree

JOUR 1 – Refuge de Laval – Lac de la Clarée

Pour commencer ce tour, le premier objectif est de ne pas prendre le chemin classique emprunté par les familles qui ne sont là que pour la journée et qui se dirigent vers le refuge des Drayères.

Vers 10h à mon arrivée sur le départ, je me dirige donc vers le Lac de Beraudes pour commencer directement à prendre de la hauteur.

Et pour un démarrage c’est un démarrage avec une montée de 1h30 qui fait bien les jambes pour ce début de journée. La météo étant radieuse avec un grand soleil et aucun vent, c’est le moment idéal pour faire la première pause de la journée avec une banane !

Le lac de Beraudes

Il est temps d’entamer la montée sur le col de Beraudes situé à 2770m pour basculer en Savoie pour les 6 prochains km.

La montée vers le col de Beraudes est clairement le passage le plus technique de la journée avec quelques endroits où il faut bien s’aider des bâtons de marches et des cordes disposées sur le chemin.

L’arrivée en haut est le deuxième objectif de la journée avec une superbe vue panoramique sur l’ensemble du parc naturel des écrins.

Une petite barre aux céréales sera la bienvenue pour se remettre de la montée sportive !

Le début de la descente vers le col de la Ponsonnière est assez technique avant de retomber sur un sentier plus plat qui permet de profiter pleinement des paysages tout en admirant certains lacs avec une vue plongeante sur la vallée.

L’arrivée au col de la Poisonnière étant une intersection de différents GR, je ne m’éternise pas pour éviter « la foule » qui doit atteindre 15/20 personnes. Mais après 3h sans personnes on est habitué au calme de la montagne

Direction le prochain stop qui est le lac des Cerces pour une pause repas express.

La descente fait du bien aux jambes et permet de recharger un peu les batteries avant la dernière montée de ce premier jour de trek.

Arrivé au lac, je n’ai finalement pas très faim et j’ai des bonnes sensations donc je mange une demi-barre de céréales, une gorgée d’eau après 10min je décide d’attaquer la dernière montée de la journée.

Cette dernière montée au col des Cerces fait bien mal aux gambettes mais la descente vers le Lac Rond fait tout oublié.

Il est temps maintenant de trouver le spot pour la nuit pour poser la tente. Je m’enfonce donc dans la Clarée et longeant le ruisseau après 1h de marche je trouve l’endroit idéal.

Montage de tente, bain dans le ruisseau et préparation du repas ! Cette première journée est finie et j’admire le coucher de soleil avec une fondue lyophilisée. Le kiff !


JOUR 2 – Lac de la Clarée – La Vallée Etroite

Jour 2 – Lac de la Clarée – La Vallée Etroite

Même si nous sommes en août la nuit est quand même bien fraîche et comme souvent on ne dort pas comme un bébé en bivouac.

Le levé se fait donc avec une forme toute relative que j’essaye de compenser par un thé et une banane en profitant du soleil qui arrivent doucement dans la vallée de la Clarée.

Vers 8h30, il est temps de lever le camp et de préparer les affaires pour aller au premier stop de la journée vers le refuge des Drayères.

Après 45min de marche, j’arrive au refuge et profite pour recharger mon stock d’eau et de boire un café bien chaud avant d’enchaîner 850m de dénivelé positif direction le Col des Muandes.

Et ça commence tout de suite avec le premier tronçon vers le lac Rond ou après 10min de montée je suis transpirant et je me dis que la journée va être longue.

Mais après 1h je trouve mon rythme et le chemin devient un peu plus vallonné. La vue est grandiose, je suis seul et je profite du matin pour voir les marmottes se balader de trou en trou.

Je passe autour du Lac Rond et je fais mon deuxième stop de la journée pour prendre des forces au Lac des Muandes.

Barre céréales, banane, eau … Après une pause de 30min il est temps de commencer le passage le plus difficile de la journée vers le Col des Muandes.

La montée semble interminable et le paysage se résume à de la roche et j’avance 100m par 100m.

J’ai la chance de croiser sur le chemin un trailer avec qui je discute un peu et qui m’annonce qu’il me reste que 30min pour le sommet ce qui a plus tendance à me démotiver que me donner un coup de boost. Mais bon ça fait toujours plaisir de partager un moment avec quelqu’un dans ce paysage presque lunaire ou on se sent vraiment seul.

J’arrive enfin au sommet et je peux enchaîner sur la descente.

Le début est très rocailleux mais après 30min on arrive dans la vallée et le paysage est juste magnifique et nous sommes en plus sur de la descente. Le kiff !

Je me dirige maintenant vers la vallée étroite ou j’ai pour objectif de trouver un bon spot pour bivouaquer.

Je décide donc de longer le ruisseau de la vallée et après une grosse journée de marche je trouve le spot parfait pour poser la tente.

Je suis épuisé mais heureux de pouvoir enfin me reposer un peu en profitant d’un super couscous lyophilisé et d’une petite douche bien fraîche dans le ruisseau.

Quand la nuit tombe, je ne mets pas 15min avant de m’endormir après avoir tenté une petite lecture…


JOUR 3 – La Vallée Étroite – Roubion

JOUR 3 – La Vallée Étroite – Roubion

Pour cette deuxième nuit, je dors beaucoup mieux et je suis boosté au levé à l’idée de finir le tour et de pouvoir profiter d’une bière fraîche dans quelques heures.

Je lève le camp vers 9h et commence la montée vers le Col des Thures. C’est la dernière montée du Tour mais de bon matin elle me rappelle que ma bière fraîche ne sera pas pour tout de suite.

J’adopte la stratégie simple d’avancer 500m par 500m et de ne pas marquer des pauses trop longues.

Après 1h45 de marche, j’arrive à la Cabane Pastorale des Thures ou j’en profite pour remplir les gourdes et commencer avec délectation la descente vers Roubion qui est le point de départ ou j’ai laissé la voiture.

Sur la descente, je rencontre pas mal de monde qui monte à qui je partage un sourire de compassion car ça monte sec !

Les paysages sont magnifiques et je m’enfonce dans une forêt de sapin avec le soleil qui se lève. L’arrivée se fait sentir et j’ai des bonnes sensations donc j’accélère le rythme.

J’arrive enfin au village de Roubion à 12h30 et j’approche de la voiture et je pose mon sac ! Mon tour est fini et je suis bien fatigué mais j’en ai pris pleins les yeux et les jambes.

Je file au village de Pamplinet à 10min de Roubion et je commande une assiette montagnarde et une bière ! Et je me dis que si ça, ce n’est pas le bonheur ça s’y rapproche !